Numéro Standard
+33 (0)3 84 98 20 20
Présentation de l'HNFC
L'historiqueL'historiqueLes chiffres clésLes chiffres clés
Projet & organigrammeProjet & organigrammeL'HNFC recruteL'HNFC recrute
Qualité/Sécurité
Indicateurs qualitéIndicateurs qualitéSatisfactionSatisfaction
Certification & évaluationCertification & évaluationRelations usagersRelations usagers
Accueil  >  La recherche  >  Recherche clinique  >  La recherche clinique côté patient
 
  • Version imprimable
  • Revenir à la taille initiale
  • Agrandir la taille du texte

Droits & devoirs du patient

  • Si le patient répond aux critères d’éligibilité de l’étude, il est informé par le médecin et ses collaborateurs de tous les détails concernant la recherche (détails pratiques et d'ordre médical), des contraintes liées à la recherche, ainsi que toutes les autres options thérapeutiques qui s'offrent à lui.
     
  • Le patient est le seul à décider de sa participation à un essai clinique, et pour se faire, donne son consentement par écrit. Il est, par ailleurs, tout à fait libre de retirer son consentement quand il le souhaite, sans se justifier et sans que cela n'entraîne de préjudice dans son suivi médical. Le patient doit en parallèle, être averti de son état de santé pendant où à l’issue de l’essai. Enfin, lorsque l’essai s’achève, il doit être tenu informé des résultats globaux de la recherche, selon les modalités précisées dans le document d'information qui lui a été remis.

 

  • Si le patient accepte de participer à un essai, il devra, par contre, se conformer aux exigences du protocole de recherche concernant son suivi (fréquence des visites médicales et des examens, types d'examens, durée du suivi, compliance au traitement…), et ce pour des raisons de sécurité notamment. Il devra informer son médecin ou ses collaborateurs dès que possible de tout évènement pouvant avoir des conséquences sur sa santé ou sur le bon déroulement de la recherche. Le patient est un acteur indispensable pour faire avancer la recherche.

 

  • Les participants à un essai clinique ne peuvent être rémunérés. En revanche, les volontaires sains peuvent recevoir une indemnité, d’un montant maximal de 4 500 euros par an, destinée à compenser les contraintes subies au cours de l’essai.

Top